papiers peints

2015 - 2016

A 8h00, je commence la journée par une traversée de la ville à vélo. Je pars d’un point A pour me rendre à un point B. J’arrête ma trajectoire après le passage d’un rond-point. Mon regard est attiré par un terrain vague qui vient d’être investi par un chantier de construction: des amas de terre, des surfaces planes, des tracés larges, réguliers, des zones limitées par des piquets colorés rouges plantés dans le sol spatialisent le site. L'usage du lieu est à ciel ouvert. Des hommes vêtus de combinaisons grises et noires de gilets jaune fluorescents et de casques blancs occupent des parties du sol. Ils exécutent des gestes distinctifs, répétitifs et autonomes. Le découpage et la transformation du site laissent une lecture possible pour un futur lot d'habitats fonctionnels. Je pense au jeu de Lego que j’ai réalisé l’autre jour avec ma nièce. Assises l’une face à l’autre, nous assemblons sur le parquet de sa chambre d’innombrables petites pièces en plastiques jaunes, rouges et bleues, qui s’emboîtent de façon très libre et qui ne s’associent que d’une seule manière pour tenir ensemble. Une fois finies, les constructions sont détruites. Nous reprenons chacune des pièces pour commencer un autre ouvrage. C’est ce que je m’efforce de faire avec les dessins en échafaudages et les papiers peints. J’aperçois un ouvrier qui regarde dans ma direction. Je sourie et je le salue. Il sourit et il me salue. Je reprends ma course en direction du point B.

Texte introductif à l'exposition cf lien "Un effort pour rester là" http://amandine.braci.online.fr/articles/uneffortpourresterla.html

Travaux préparatoires pour Papiers peints, 2017. Dim. img. 1 et 3 : 297 mm x 210 mm + img. 4 et 2 : 420 mm x 297 mm. Feutre sur films positifs